Skydiggers

Adresse

1 Forks Market Rd
Winnipeg, MB R3C 4L9
Canada

Début

samedi, 29. juillet 2017 - 20:15

Type d'événement

Main Stage

Détails

La chimie, la passion, l’énergie et l’évolution sont quelques mots qui viennent à l’esprit lorsque Andy Maize et Josh Finlayson racontent leurs vingt-cinq années ensemble dans Skydiggers.

« Tout a commencé au bar du Spadina Hotel. C’est là que le groupe s’est formé, explique Josh. Andy et moi, nous y avons joué en tant que duo dans le cadre de la série des lundis soirs d’Andrew Cash intitulée Acoustic Meltdown. Lorsqu’Andrew a sorti son premier album et qu’il ne pouvait plus animer les soirées, nous avons repris le concept. Nous avons placé une annonce dans le Now Magazine, annonce qui a été répondue par Ron Macey, et avec Wayne Stokes et le frère d’Andrew, Peter Cash, qui écrivait tranquillement des chansons extraordinaires, le groupe Skydiggers est né. »

Le son s’est développé à un rythme impressionnant, grâce à la discipline et à l’éthique de travail que la vitrine spectacle hebdomadaire plaçait sur le groupe. De nouvelles chansons, de nouvelles reprises ainsi qu’un son qui a évolué pour intégrer des instruments électriques développés dans l’ambiance surchauffée des répétitions, des séances de composition et des spectacles en direct.

Un quart de siècle plus tard, grâce aux années passées sur la route et en studio, les Skydiggers ne font pas que surfer sur toutes ces années de dynamisme, mais continuent aussi d’évoluer. Selon Andy Maize et Josh Finlayson l’une des clés de leur réussite est la chimie.

« Vous pouvez passer votre vie à la recherche de chimie, fait remarquer Andy. Pour que toute relation demeure essentielle et continue de croître, vous avez besoin de chimie. Nous avons eu la chance de la découvrir tôt entre nous. Nous avons eu également la chance de participer à quatre grands spectacles avant de lancer notre premier disque, se rappelle Andy. Nous avons fait l’ouverture des spectacles de 54-40, The Tragically Hip, Cowboy Junkies et Blue Rodeo au début et je pense que nous avons tiré des leçons au sujet de la chimie à partir de ces expériences. Après tous, ces quatre groupes sont toujours ensemble. »

Josh est du même avis et souligne que pour rester créatif et pertinent il faut constamment se lancer des défis. « Le changement et l’évolution sont essentiels. Pour apporter une énergie visible chaque soir sur scène, vous devez rester passionné en dépassant vos limites comme auteurs-compositeurs et interprètes. Vous devez être en constante évolution tout en essayant à la fois de rester intemporel. »

Un jour, si quelqu’un à la calligraphie parfaite et possédant une excellente mémoire des détails entreprend de rédiger l’arbre généalogique du rock canadien et trace l’évolution de la communauté rock dans ses racines canadiennes, il découvrira alors qu’un bon nombre de branches et de racines, sinon toutes, s’interconnectent à un moment donné aux Skydiggers.

« Nous avons joué avec d’autres musiciens, d’autres sont venus dans ce cercle et ont joué avec nous. Ils ont mis leur empreinte sur notre musique. Toutefois, je pense que nous reconnaissons qu’il y a quelque chose de cohérent et quelque chose que nous apprécions tous qui est associée à tous nos disques », explique Finlayson.

Maize apprécie grandement les contributions de tous les artistes qui ont joué avec les Skydiggers au fil des années, laissant entendre que c’est peut-être la raison pour laquelle le groupe a laissé tomber l’article défini « The » quelque part en cours de route. « Nous réalisons la chance que nous avons de faire partie d’une communauté. Et tout le monde est un Skydigger — passé, présent et futur. »